Retour sur la Grand’Place

Retour sur la Grand'Place

Avec quelques photos d’Andrée.

 

 

DSC00457 (Medium)

 Photo 1

 cour de la maison Communale - merci andrée

Photo 2
La cour de la Maison Communale

van brussel

Photo 3

 

 

la nuit tombe - merci andrée

 Photo 4

Andrée

 Photo 5

Andrée 2

Photo 6

 

 

andrée 3

Photo 7

Publicités

Jules Anspach

 

Jules Anspach
Photo 1 – Merci Jef.

 

 

La Bourse

Photo 2 – Merci Jef
 En dessous du gros point noir se situe aujourd’hui la place De Brouckère

 

La Grand-Place vu par Andrée

La Grand Place
Vu par Andrée
les textes historiques sont de M. Gustave Abeels.

 

 

 

BXL1

BXL1 1 (Medium)

 

 

BXL2

 

 

BXL2 2 (Medium)

 

 

 

BXL3

 

BXL3 3 (Medium)

 

 

BXL en feu (Medium)

 

 Incendie de la Grand-Place ( 1695 )   En 1690 ,les opérations militaires avaient repris à l’occasion de la guerre dite de la « ligue d’Augsbourg » et rien ne put empêcher les soldats de Louis XIV de déferler vers le centre du pays .

C’est ainsi que le maréchal de Villeroy installa son quartier général dans le couvent des Minimes , à Anderlecht , le 11 août  1695 . Trois jours plus tard ,  il mit ses mortiers en batterie à Molenbeek , près de la ferme de Ransfort . Dés cet instant , les boulets ne cessèrent de s’abattre sur le centre même de notre cité .

Un violent vent d’ouet activa les foyers d’incendie et bientôt la Grand-Place ne fut plus qu’un immence brasier .

L’artillerie bruxelloise s’était défendue pourtant , à coups de pavé parce qu’à court de boulets ….   Image et commentaire d’un calendrier des années 80

+-+-+-+-+-

Les 13, 14 et 15 août 1695, un déluge de feu s’abat sur le centre de Bruxelles. Ce bombardement, ordonné par le roi de France Louis XIV dans l’espoir de voir lever le siège de la citadelle de Namur, va réduire la capitale des Pays-Bas méridionaux à l’état de ruines. Les troupes françaises commandées par François de Neufville, duc de Villeroy, maréchal de France, déclenchent les hostilités le 13 août entre six et sept heures du soir depuis les hauteurs de Molenbeek. Après quelques heures de tirs ininterrompus, les flammes enveloppent l’ensemble de la Grand Place et les maisons en bois qui l’entourent. Le feu gagne l’Hôtel de Ville et la Maison du Roi vers deux heures du matin.

Lorsque les batteries du Maréchal de Villeroy se taisent enfin, au milieu de la journée du 15 août, le centre de la cité n’est plus qu’un gigantesque brasier. Située au milieu de la zone sinistrée, la Grand Place est presque totalement détruite : seuls subsistent les murs et la tour de l’Hôtel de Ville – qui servit de cible aux artilleurs français – ainsi que la carcasse de la Maison du Roi et la partie inférieure des maisons en pierre du côté ouest. A l’exception des premiers niveaux de « La Brouette », du « Sac » et de « La Louve », les trente et une maisons de la place doivent être entièrement reconstruites.

La Grand-Place vu par titi

La Grand’ Place

Vu par Titi

 

 

 

Hotel de ville

 

La Grand-Place (en néerlandais Grote Markt) est la place centrale de Bruxelles. Mondialement renommée pour sa richesse ornementale, elle est bordée par les maisons des corporations, l’Hôtel de Ville et la Maison du Roi (en néerlandais Broodhuis). Elle est généralement considérée comme l’une des plus belles places du monde (selon Victor Hugo, entre autres). La Grand-Place de Bruxelles a été inscrite en 1998 sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO.

 

 

 

Entre la rue de la Tête d'or et la rue au Beurre (ouest)

 

 

Entre la rue Chair et Pain et la rue au Beurre (nord-ouest)

 

Entre la rue Chair et Pain et la rue au Beurre (nord-ouest)

N° 34 : Le Heaume
N° 35 : Le Pao
n
N° 36-37 : Le Samaritain (ou Le Petit Renard) et Le Chên
e
N° 38 : Sainte-barb
e
N° 39 : L’Ane

 

 

 

Maison du Roi

 

Maison du Roi

————-

La Maison du Roi �tait d�s le XIIe siècle un bâtiment en bois où l’on vendait le pain, d’o� le nom qu’il a conservé en néerlandais, broodhuis (maison du pain). Il a �t� remplacé au XVe siècle par un bâtiment en pierre qui abritait les services administratifs du duc de Brabant, c’est-à-dire le bureau du Receveur général du Domaine de Brabant. Raison pour laquelle on l’appela Maison du Duc, et quand ce même duc devint roi d’Espagne, Maison du Roi. Charles Quint le fit à son tour reconstruire en style gothique tardif, fort semblable à celui que l’on peut voir actuellement, quoique sans tours ni galeries. En raison des dégâts subits au cours du temps, notamment lors du bombardement de 1695, la ville le fit reconstruire en 1873 dans le style néo-gothique.

Le bâtiment, renové en 1985, abrite aujourd’hui le musée de la ville depuis 1887. Et la statue du diable, du quartier « LE COIN DU DIABLE »
source: wikipedia

 

 

Entre la rue de la Colline et la rue des Harengs (nord-est)

Entre la rue de la Colline et la rue des Harengs (coté nord-est)

n° 20 : Le Cerf volant
n° 21-22 : Joseph et Anne
n° 23 : L’Ange
n° 24-25 : La Chaloupe d’Or, Maison de la corporation des Tailleurs
n° 26-27 : Le Pigeon (abrita VICTOR HUGO)
n° 28 : Le Marchand d’or

 

 

Entre la rue des Chapeliers et la rue de la Colline (est)

Entre la rue des Chapeliers et la rue de la Colline (coté est)

—————————————————-

N° 12a Alsemberg, maison particulière
N° 13-19 : Maison des Ducs de Brabant, ensemble de sept maisons séparés derrière une même façade monumentale
n° 13 : La Renommée,
n
° 14 : L’Ermitage,
n° 15 :
La Fortune,
n
° 16 : Le Moulin à vent,
17 : Le Pot d’étain, Maison de la Corporation des Charpentiers et Charrons ,
n
° 18 : La Colline, Maison de la Corporation des Quatre Couronnes,
n
° 19 : La Bourse)

  

 

Entre la rue Charles Buls et la rue des Chapeliers (sud)

 

Entre la rue Charles Buls et la rue des Chapeliers (coté sud)

————————————————–

N° 8 : L’étoile, Maison de l’amman
N° 9 : Le Cygne, maison bourgeoise reconstruite en 1698
N° 10 : L’Arbre d’or, Maison de la Corporation des Brasseurs
N° 11 : La Rose, maison particulière
N° 12 : Le Mont Thabor, maison particulière

 

 

La grand place vu par Serge

La Grand Place
Vu par Serge

Nacelle01

Photo 1

 Voici des photos que j’ai prises au milieu des années 80, quand j’étais au Service Chauffage et Electricité de la Ville de Bruxelles.   2 vues aériennes, et les grandes manoeuvres pour mettre les guirlandes lumineuses sur le kerstbuum: je suis dans la nacelle, et ensuite aux commandes.   Serge

 

 

Nacelle02

Photo 2 – Serge au travail

Vue01

Photo 3

 

 

Vue02

Photo 4

éolienne-nov-2000

Photo 5
éolienne exposée (03/11/2000)

Vache-oct-2003

Photo 6
expo de vaches (14/10/2003)

Hdv-nocturne-août-2002

illumination nocturne (25/08/2002)

Un petit tour sur la Grand Place

Un petit tour sur la Grand-Place.
22 juin 2009

« Place du Peuple » par un arrêté du 30 Ventôse An IV (1795).

 

DSC03167

 

 

DSC03166

 

 

DSC03173

 

 

 

 

 

 

DSC03179

francine espère de la chance pour l’année 2009

 

La vie d’Everard ‘t Serclaes est illustrée par un monument. Ce monument, situé dans la rue Charles Buls, près de la Grand-Place, se rapporte à la libération de Bruxelles par Everard ‘t Serclaes. À la mort de Jean III de Brabant, survenue le 5 décembre 1355, sa fille aînée Jeanne, épouse de Venceslas de Luxembourg, succéda au trône de Brabant. Cette succession lui fut cependant disputée par le comte de Flandre, Louis de Male, qui envahit le duché et s’empara de Bruxelles. Dans la nuit du 24 octobre 1356, Everard ‘t Serclaes escalada les murs de la ville à la tête de patriotes bruxellois et bouta les troupes flamandes hors de la ville.

Grâce à ce coup de main, la ville était reprise par la garnison ducale, et Jeanne et Venceslas firent leur joyeuse entrée à Bruxelles.

Cul-de-lampe de l’Hôtel de ville : le diable emportant l’âme du seigneur de Gaesbeek

Après avoir été cinq fois échevin de la ville, Everard ‘t Serclaes, qui avait défendu les droits de la cité contre Sweder d’Abcoude, seigneur de Gaesbeek, fut agressé à Lennik par des hommes de main de ce dernier, qui lui coupèrent la langue. Transporté à la Maison de l’Étoile sur la Grand’Place de Bruxelles, il y décéda le 31 mars 1388. Un cul-de-lampe historié de l’aile gauche de l’Hôtel de Ville de Bruxelles rappelle cet assassinat. Le bas du cul-de-lampe montre le diable emportant l’âme du seigneur de Gaesbeek. La mise en place de ce cul-de-lampe fut faite à la suggestion de l’architecte français Viollet-le-Duc. Un commerçant du marché aux oiseaux de la Grand-Place de Bruxelles serait à l’origine de la « légende » – fort récente, elle ne date que de l’entre-deux-guerres – selon laquelle celui qui frotte le bras du gisant de ‘t Serclaes au bas du monument de Julien Dillens peut faire un voeu[1] . Le succès auprès des touristes fut tel que le métal de la statue fut troué par le frottement répété et qu’il fallut la réparer.

Source : Wikipedia

 

DSC03180

 

 

  

2

 

 

Grand Place

 

 

DSC03170

 

 

0
 

 

 

01

 

 

 

02

 

 

 

Médard Verburgh

 

 Médard VERBURGH

Numériser0010

 

Le peintre(au milieu avec sa moustache)en compagnie d’un groupe d’amis artistes à Notre Dame au Bois en 1916. 

 

 

Numériser0016

 

 

Numériser0006

 1913-La rue de la Colline à Bruxelles.

 

Numériser0012

 

 1917-Coucher de soleil Grand’Place,Bruxelles

 Numériser0018

 

 

Numériser0008

 1912-La gare du Luxembourg sous la neige.

 

Numériser0009

 1912-La gare du Luxembourg.

 

 

Numériser0004

 Photo de 1907,lorsque le peintre s’installe chez sa sœur Jeanne,au 172 de la rue Blaes, juste en face du Marché aux Puces.

 

 

Numériser0020

 

 

Numériser0013

 1918-La Grand’Place de Bruxelles le 11 Novembre 1918.

 

 

Numériser0017

Quelques photos

Quelques photos du quartier de Notre-Dame-au-Rouge


 

rue du dam
Photo 1

 

 

rue du Dam - 2009

Photo 2

La rue du Dam – les n° 9 et 7 en juin 2009. Maison qualifiée de « Moderne » dans les années 50, 60.


 

 

 

Wiske

Le Café sur le coin était tenu dans les années 50, par « Wiske van Laurent« 
A gauche, la rue d’Anderlecht, on aperçoit la vitrine de « Charel Rocus« , le pompe funèbre du quartier Notre Dame-au-Rouge. A droite, la rue Cureghem, on aperçoit la vitrine de « Lievin », parrain de Lievin Baudewijn. Tous les kets, (pas les filles), ont acheté en 1954, leur « Cowboybrouk » chez Lievin.
Pendant la guerre de 40, Lievin possédait deux grands chiens qui ont été abattus par les boches.

 

 

Wiske van Laurent

 

 Wiske van Laurent est la petite dame à l’avant plan.

 

 

FREDDY RUE DE CUREGHEM

 

 

 

sc15 - merci à Andrée Bolsius

 

Merci andrée’ pour les deux documents

 

sc16 - Merci à Andrée Bolsius

 

 

 

 

 

Début de la rue de Cureghem

 Photo 4

 

A droite sur la photo, on aperçoit une partie du très grand bâtiment de l’Atelier de Tram.

Dans les années cinquante, on trouvait encore des rails de trams, qui allaient presque à la rue de la Verdure. A l’époque, il n’était pas rare de voir des trams manœuvrer dans la rue.Cureghem.

 

 

 

Cureghem 1

 Photo 5


 

 

 

 

 

 

cureghem 2

Photo 6

Dépot du Tram de la rue de Cureghem

 

qui connait cette rue

Photo 7 et 7 bis

Jeune, notre ami Léon Paris a habité cette rue

 

 

Froebel

 

 

 

rue d'anderlecht

 

 Coin des  rues d’Anderlecht et Froebel

 

 andree bolsius

la rue de Cureghem, on aperçoit à droite, la plaque situe le parking de la célébre firme « COTUBEX »

  

 

IMG_1259[1]

Un GRAND bonjour d’Elise (tante de Benjamin), elle habitait dans les années 40, la rue Camusel. C’est une très bonne amie de ma soeur.

 

 

andree bolsius, Cotubex,

La photo est prise au bloc de la rue des Potiers.

On reconnait facilement Serge Baré, l’autre petit ket serait Jean-Marc Ledoux, le frère de Michelle. Merci à Serge pour la photo du quartier.

 

andree bolsius, rue des Foulons,
rue des Foulons, n° 8 – photo de francine Kohne – 9 février 2011

 

 

andree bolsius
Coin de la rue des Foulons et de la rue de la Caserne
Dans le fond de l’image le  Palais du Midi, situé Boulevard Maurice Lemonier.