Haren

Haren

 

En cartes postales anciennes
Quand la cloche sonnait, pour annoncer qu’un avion va atterri

~~~~~~~~~~~~

 

Haren (autrefois Haeren,  comme  Laeken et Neder-over-Heembeek  est une  commune du nord-est de  Bruxelles.

Cette commune abrite les restes de l’ancien aérodrome de Haren (qui vit la création de la  SABENA, ainsi que le siège de l’OTAN.

Haren est desservie par deux points d’arrêt de la SNCB : Haren-Sud sur la ligne Bruxelles – Louvain (ligne 36) et Haren (parfois appelée Haren-Tilleul) sur la ligne 26 (ceinture est de Bruxelles) qui relie les villes flamandes de Malines Vilvorde et Hal Il y eut jadis également des gares Haren-Nord (lignes 25 et 27) disparues aujourd’hui ou renommée en Machelen (fermée) et en Haren-Buda (aujourd’hui: Buda). Cette abondance de haltes ferroviaires remonte au temps où le nord de Haren, débordant sur les communes de Neder-Over-Heembeek  Vilvoorde  Machelen et Diegem s’était fortement industrialisé ( dont les entreprises CFI, Cimenterie de Haren, Eternit, Fonderies Bruxelloises, Renault, VTR, Peter-Lacroix, Wanson,) et que la plupart des habitants de Haren (et environs) pratiquaient la culture du chicon qui quittait le village par trains spéciaux.

Haren est une localité victime des nuisances sonores causées par l’aéroport de Bruxelles. Ce quartier de la commune de Bruxelles-Ville était aussi le lieu résidence Joe Van Holsbeeck, cet adolescent tué à coup de couteau à la gare centrale de Bruxelles, pour un MP3. 

 

maison communale.jpg

 La carte date de 1907

Le 30 mars 1921, Haren fut intégré à Bruxelles, la maison communale construite en 1864, fut occupée par la dixième division de police.

 

 

 

Eglise 1.jpg

L’église de Haren dédiée à Sainte-Elisabeth.

 

Chemin de fer 2.jpg

Le chemin de fer Bruxelles Leuven

 

3 maisons.jpg

Carte vers 1917

Entre les rues de Diegem et de Verdun, la grande boulangerie « A la Cour Royale »

 

1925.jpg

Carte des années 1925.

A l’arrière plan, les maisons de la rue de Verdun. Joanna et Pieter de Slinke au boulot.

 

maria moyson.jpg

 Comme la commune d’Evere, Haren était renommée pour la bonne qualité de leurs chicons (Endives). Sur la photo, qui date de 1926, « Miecke Sijs » et son époux « Tone Poeint »

 

1 page.jpg

Pour ceux que celà intéressent un très bon livre sur le sujet

 

dos 1 page.jpg

 

 

 

Sans titre - 7.jpg

 

 

Publicités

Programme

Jeanine GOOSSENS
Nous a gentiment fait parvenir des copies des anciens programmes
de la Kermesse Notre-Dame-au-Rouge.

J’y ai ajouté quelques photos, des années 50, 60 etc. 

 

Notre dame.jpg

1

 

 

Page 2.jpg

2

 

navets2.jpg

3

Rue d’Anderlecht, le café dancing « Rock »N »Roll était situé à gauche, ensuite l’entrée de la rue des Navets

 

Léon Paris.jpg
Toujours le Rock » N Roll » qui devient plus tard le « Makunba » en janvier 1959.
SURPRISE, je crois reconnaître Léon Paris, oui, oui c’est bien Léon, il se trouve dérrière
le garçon à lunettes au centre de la photo

 

 

 

« Mange des tomates mon amour », succès du début 1960

 

 

 

Friture.jpg

 5

 

 

 

Philips.jpg

 

Philips Belges.jpg

 Le siège social de PHILIPS, 37-39 rue d’Anderlecht

A la hauteur du lampadaire, débutait l’impasse « In den hond ze gat », la dénomination fut changée
en 1912 en impasse de Ris.

 

Léon Pirson.jpg
Un Ketde la rue d’Anderlecht

Léon Pirson Champion de Belgique 1965-1966 de poids et haltères avec un total de 397,5 Kg.
Léon, vit actuellement à Blankenberg.

 

Programme 1925.jpg

 

1925, le programme des Festivités, trois champions de l’époque.
Il eut toujours des champions de lutte dans le quartier de Notre-Dame-au-Rouge

Le mât de cocagne.

Le but, vous avez déjà compris c’est de grimpé en haut du mât, de prendre une enveloppe et ainsi gagner un prix que j’ai pu allé retirer chez un commerçant du quartier.

Mais, car il y a un MAIS, c’est que le mât, et bien,  il était rempli d’une grosse couche de savon brun. Et le premier ket a tenté sa chance, ne grimpe pas bien haut, car son corps plein de savon glisse en bas. Et c’est ainsi, qu’après plusieurs tentatives, mes mains, mes jambes et mes vêtements plein de savon, j’ai réussi à retirer mon enveloppe, gagnant ainsi une paire de bas Nylon.

 

Géant du quartier.jpg
Le Géant Kobe du quartier N.-D.-au-Rouge

 

  

Kop.jpg

Le Brasseur KOBE.

 

 

Royal IV.jpg

Le Royal IV est champion de Belgique 1957-58.

Debout : Nolis (5) Rombouts (15), Gens (11), Kets (8),Rosiers (9);
Accroupis : Giresiger (10),Depauw (7), Crick (12), Nocodème (13), Tré (4), Demarez (3).

 

Adeline.jpg
Début des années 60.

Une fille du quartier Notre-Dame-au-Rouge
Son papa tenait le café « chez Michel », rue d’Anderlecht
et une très bonne amie de Monique.

 

Maurice Bejart.jpg
Maurice Béjart – rue des Navets
Derrière lui, Jean surnom (Jerry Lewis) 

 

 

 

 

 

  

 

 

 

 

 

 

 

Risque d’inondation

Risque d’inondation à Anderlecht
Photos d’Arthur et Monique Baré

 

Arthur, qui habite au Quai de Biesterbroeck
m’a fait parvenir ces quatre photos du Canal de Charleroi.

 

1 Pont de Laeken.jpg
Photo 1

 Vue du Pont d’Anderlecht

 

2.jpg
Photo 2

L’eau monte

 

3.jpg

Photo 3

Le chemin de halage est déjà sous eau !





 

4.jpg
Photo 4

Et l’eau monte et monte encore

 

 

 

inondation.jpg

Situation de l’eau au 24 novembre
Ouf pour Arthur et Monique

 

 

 

 

L’heure Bleue

Le Cinéma ELDORADO est situé au 38 Place de Brouckère.

 

Façade Eldorado.jpg

 

Comme on peut le voir sur les deux photos c’était un énorme cinéma, ou 2.705 spectateurs pouvaient prendre place.

Je n’ai jamais été au 2 balcons, dont les escaliers étaient situés à droite de la caisse. Une fois passé les portes d’entrées, le luxe des vestiaires et l’ascenseur me tapait sur la figure, les beaux gros tapis au sol, le contrôleur super bien habillé, les ouvreuses le grute chic, enfin la différence avec  mon cinéma de quartier était ENORME, et cerise sur le gâteau, la grande partie des spectateurs étaient du grand chic « nespa » .

 

Ajouter a cela,  les belles grandes décorations murales du décorateur Rodriguez, décorations qui représentaient des scènes de la vie quotidienne du Congo Belge.

 

Eldorado.jpg
Photo 2

 

Eldorado.jpg
Photo 3

 

 

 

Je me souviens avoir vu 3 films, dont deux, en période, de fêtes, avec l’école 4,
« 
CRIN BLANC » et « MOBY DYCK »* Plus tard, le film PSYCHOSE, alors qu’il était toujours possible d’entrer durant la séance, pour le film d’Alfred HITCHCOCK il fallait attendre la fin du film pour rentrer et il était INTERDIT aux spectateurs qui sortaient de nous dire l’épilogue du film.

 

 

*  Le roman raconte comment Ismaël, le narrateur, attiré par la mer et le large, décide de partir à la chasse à la baleine. Il embarque sur le Pequod, baleinier commandé par le capitaine Achab. Ismaël se rend vite compte que le bateau ne chasse pas uniquement pour alimenter le marché de la baleine. Achab recherche Moby Dick, un cachalot blanc d’une taille impressionnante et particulièrement féroce, qui lui a arraché une jambe par le passé. Achab emmène son équipage dans un périple autour du monde à la poursuite du cachalot dont il a juré de se venger. Le Pequod finira par sombrer au large des îles Gilbert en laissant Ismaël seul survivant, flottant sur un cercueil.

 

 

Marina Show

MARINA SHOW
Photos de René Verschueren

 

20.Marina.JPG
Photo 1
Marina

 

 

1.Josiane fille de Marina.JPG
Photo 2

 Josiane

 

2.Josiane fille de Marina.JPG
Photo 3

Josiane

 

 

7.petite fille Marina.JPG

Photo 4

La petite Fille de Marina

 

8.petit fils Marina.JPG

Photo 5

Le petit Fils de Marina

 



 

10.Josiane.JPG

Photo 6

19.Josiane.JPG

Photo 7

 

22. Petit fils de Marina.JPG

Photo 8

 

 

15. Marina sa fille et petite fille.JPG

Photo 9

 

 

4. Marina.JPG

Photo 10

 

 

6.Josiane.JPG

Photo 11

 

 

9.Marina.JPG

Photo 12

 

 

24.fin spectacle.JPG

La finale

Encore un Grand merci à René

 

 

 





Molenbeek

MOLENBEEK

 

1830, le gouvernement belge  adopta résolument une politique d’expansion industrielle dont les résultats fut de drainer vers les centres de fabrication une partie importante de la population des campagnes. Vers 1845, la famine qui sévissait en Flandre, conjuguée avec la concurrence que les grandes usines  faisaient aux artisans, amenèrent à Molenbeek un nouvel afflux de population.

Ce peuplement ouvrier explique que la commune voit s’ouvrir à cette époque un grand nombre de rues populeuses. Bordées de maisons sans confort et sans charme.
Extrait de Molenbeek en cartes postales.

 

 

Soupe Communal.jpg

Déjà dans le numéro spécial de 1894, l’organe socialiste molenbeekois « La Lutte » rappelait aux électeurs le dépôt d’une proposition de loi accordant un crédit de 20.000 fr. à repartir entre les communes qui soulageaient la misère des mal-vêtus. 

 

Pain de la Maison du Peuple.jpg

Il devait être rudement nourissant le pain fabriqué par la Boulangerie de la Maison du Peuple au n° 78 du quai des charbonnages?

 

La libre pensée.jpg

Cortège de charité du 6 septembre 1903 – Molenbeek St. Jean

Sur le char de la société  « La libre pensée » on peut lire INSTRUCTION OBLIGATOIRE
Hélas, pour les petites filles, cela n’était pas toujours évident, en effet, la maman gardait
souvent la fille ainée à la maison pour surveiller les très nombreux enfants du ménage.

Ma mère née en 1907, a fait ses primaires en néerlandais dans une école de la rue de Ransfort.

Le char s’avance au coin du boulevard Léopold II et de la rue de Ribeaucourt.

 

Façade de l'école.jpg

Petite académie de dessin, rue Mommaerts

 

 

Ecole rue Mommaerts.jpg

Le 1er octobre 1880 est ouverte dans les locaux de la rue Mommaerts une école moyenne communale de filles
cette école a été reprise par l’état en 1881.

 

 

Harmonie.jpg

L’Harmonie Philanthropique de Molenbeek s’occupait surtout de soulager la misère.

 

Hollevoet.jpg

 

 

Voilà notre petit tour dans Molenbeek se termine par deux cartes du « Petit » Molenbeek, à la chaussée d’Anvers qui met fin à notre périple.

 

Chaussée d'Anvers.jpg

A gauche de la chaussée, J.B. Houpels éditait de petites merveilles de cartes postales dans le genre de celle-ci. Au coin de la rue de l’Harmonie et la salle de vente de la porte d’Anvers.

Mon père Joseph Heymbeeck y travaillait, je crois même me souvenir d’un cheval en bois sur la façade.

 

 

Bij roos.jpg

Voilà, et malgré la misère les gens gardaient la bonne humeur.
Photo devant le café « Bij Roos », au 41 de la rue Sainte Marie, les joyeux sont prêt pour partir en vadrouille. Ce sont les « vootkaponen » de la Cité Van Cappellen.

 



 

 

 

Brussels

Brussels lost a part of its soul
Bruxelles perd une partie de son âme

 

Press 1.jpg

Press 2.jpg

 

Press 3.jpg

Maurice, dit bonjour à sa mère avant de rejoindre son aubette située de l’autre côté de la place de la Monnaie
en face de la rue Neuve.
A l’arrière plan le garçon qui durant de longues années « apportait » le journal LE SOIR

Henri Sempo

Triste Nouvelle

 

 

Monsieur Henri SEMPO
est décédé

 

Photo 001.jpg

 

Bonsoir à tous les lecteurs de ce blog.

J’ai mis un certain temps à réagir car l’émotion, pour tous les membres du cercle d’Histoire de Bruxelles fut très forte. J’ai accepté d’assurer, au minimum jusqu’à la prochaine assemblée générale, prévue en janvier 2011, de prendre très modestement la succession d’Henri. Lourde tâche. J’ai l’impression, toute proportion gardée de me retrouver dans la peau de Joseph Van de Meulebroeck succédant à Adolphe Max, bref un monument. Sachez que, modestement, n’étant pas Marollien, je continuerai à assurer les contacts entre le Cercle et la Commune Libre de la Marolle, via François Stevens, votre bourgmestre.
Dans des circonstances un peu particulière, nous nous retrouverons, j’espère, aux voeux de Nouvel An à la salle Marollia début janvier.

Des souvenirs pourront revenir à la surface, des contacts pourront être pris, mais le Cercle ne lâchera pas les Marolliens, j’en donne ma parole.

Eric Demarbaix
Président f.f.